Éolien

Voici des articles de presse concernant l’éolien dans notre territoire  de Sézanne, dans la Marne en particulier,  ou plus loin aux quatre coins de la France, qui luttent ou informent contre les éoliennes sur terre ou les éoliennes en mer : De nouveaux articles sont ajoutés régulièrement au fil des nouvelles. N’hésitez pas à nous suggérer des articles de presse à relater (via le formulaire de contact sur le site).

S’y ajoutent à présent des articles récents sur la méthanisation, problème supplémentaire qui vient de se poser dans notre commune.

  • Des éoliennes record : 200m de hauteur 14/10/2019

    Attention à tous les photomontages des promoteurs qui escamotent leurs éoliennes derrière des haies de noisetiers maintenant qu’elles peuvent atteindre 200m de haut !

    https://www.usinenouvelle.com/article/l-image-du-jour-baywa-r-e-inaugure-les-plus-hautes-eoliennes-de-france.N893839

    Continuer la lecture →
  • Marché mondial éolien s’effondre (Economie Matin 10 2019) 14/10/2019

    Très bel article qui explique la chute des éoliennes au niveau mondial ! Au moment où la France souhaite les multiplier !!!

    Comme toujours, il est difficile d’apprendre de ceux qui nous précèdent … Comme pour les Maths modernes qu’on a introduit en France dans les années 1975 quand on venait de les abandonner aux USA. Pourquoi ne jamais regarder chez nos voisins les conclusions de leurs études en vraie grandeur ?

    « Éoliennes : le marché mondial s’effondre ! – Economie Matin » Louis Marin

    La puissance installée via des éoliennes en Europe en 2018 a chuté de
    33% par rapport à 2017.
    Voilà une nouvelle qui a de quoi réjouir les écologistes qui luttent contre l’invasion des éoliennes qui polluent l’environnement dans le monde et en France. La bulle spéculative générée par les centaines de milliards de subventions consacrées par les États à l’installation des aérogénérateurs est en train d’exploser littéralement à l’échelle internationale.
    On est dans les faits très très loin de l’autosatisfaction optimiste des communicants du syndicat France Énergie Éoliennes qui vient de dévoiler le 8 octobre les chiffres à leurs yeux satisfaisants de la filière éolienne française relayés massivement par les rédacteurs des publi-rédactionnels qui diffusent les éléments de langage des industriels du vent sur Internet.
    Si on étudie avec sérieux les chiffres des associations internationales de promoteurs éoliens, tous mentionnent une baisse systémique des installations des éoliennes à l’échelle mondiale et en particulier au niveau européen.
    Une chute des installations Depuis 2015, on assiste à un ralentissement mondial des nouvelles installations d’éoliennes, installations qui sont passées de 63,6 gigawatts en 2015 à 51,3 gigawatts en 2018[1], soit une
    baisse de presque 20 % en trois ans. En Europe, la puissance installée en 2018 a chuté de 33 % par rapport à 2017, passant de 17,1 gigawatts installés en 2017, à seulement 11,7 gigawatts en 2018[2]…

    Plus spectaculaire encore, le journal Die Welt nous dévoile en juillet 2019[3] qu’avec seulement trente-cinq éoliennes installées au premier semestre 2019 l’Allemagne connaît une baisse record de 82 % de la puissance installée par rapport au premier semestre 2018.
    C’est un véritable effondrement, le signal d’une décrue évidente, loin de l’image idyllique propagée par les promoteurs éoliens français.
    La principale raison de ce tsunami qui emporte l’éolien est la suppression des subventions de certains états aux promoteurs éoliens. La cour fédérale des comptes allemande fait état d’un échec retentissant de la transition écologique allemande. Malgré des centaines de milliards englouties (aux alentours de 500 milliards) la politique d’installation d’éoliennes n’a pas
    contribué à la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le
    pays qui se dit fer de lance de la transition écologique. C’est
    l’exemple à ne pas suivre !
    Vers la suppression des subventions Tout porte à croire que le congrès américain s’apprête à supprimer définitivement les subventions aux promoteurs éoliens, ce qui arrangerait d’ailleurs l’état fédéral qui est en lutte avec la chine pour l’approvisionnement en terres rares : matière première indispensable pour la construction des rotors éoliens. Les États-
    Unis peuvent voir dans l’arrêt de l’éolien un intérêt financier mais
    également un enjeu géopolitique avec la Chine. Lors de la cop 24, la Pologne a annoncé dans son plan pluriannuel de l’énergie la fin des installations d’éoliennes et un plan massif de désinstallation d’ici à 2040. De son côté le président russe a annoncé lors d’une conférence de presse en juillet 2019 les dangers que représentaient les éoliennes pour la flore et la faune.
    La fin annoncée de ce marché artificiellement alimenté par l’argent
    des contribuables conduit à des suppressions d’emplois et à des faillites retentissantes dans le secteur éolien en particulier en Allemagne, ce dont on ne parle que très peu en France. Le 3e fabricant allemand d’éoliennes, Senvion, vient d’être liquidé en septembre de cette année et vendu à la découpe. La division fabrication d’éoliennes de Siemens vient d’annoncer la suppression de 2.700 postes quand Vestas le producteur d’éoliennes danois a annoncé il y a une semaine la suppression de 600 emplois en
    Allemagne et au Danemark dans ses usines de fabrication d’éoliennes.
    Tout va très bien madame la marquise, chantent les lobbyistes du vent français.

    Mais aujourd’hui tous les signaux sont au rouge et le risque est grand que la filière éolienne française soit emportée par ce tsunami qui nous arrive de l’Est. La fin est proche pour l’éolien.
    Pour plus d’informations, lire : Éoliennes. la Face noire de la Transition écologique, par l’auteur de cette tribune, Fabien Bouglé, alias Louis Marin

    http://www.economiematin.fr/news-eoliennes-marche-mondial-effondre

    Continuer la lecture →
  • Rapport ANSES 2015 Bruit et éoliennes 23/09/2019

    Dès l’année 2015, l’ANSES a incité à la prudence sur la santé des riverains quant au risque que fait courir le bruit des éoliennes. Ci dessous le rapport complet de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail .

    Continuer la lecture →
  • Allemagne et éolien : le trou d’air ! 08/09/2019

    Article intéressant de bfmtv : A lire de près.

    Car c’est pourquoi maintenant les promoteurs viennent envahir notre pays. Disons NON avant qu’il ne soit trop tard.

    « L’expansion de l’éolien terrestre a marque le pas depuis 2016, année où les subventions ont été réduites. Le secteur doit aussi affronter l’hostilité croissante des riverains. Cette crise pourrait remettre en cause le succès de la transition énergétique dans le pays ».

    https://www.bfmtv.com/economie/en-allemagne-l-eolien-traverse-un-trou-d-air-1762605.html

    Continuer la lecture →
  • Refus du permis de construire du préfet de Maine-et-Loire pour une unité de méthanisation à Marans, Maine et Loire 04/09/2019

    Le préfet de Maine-et-Loire vient de refuser le permis de construire une unité de méthanisation à Marans, commune déléguée de Maine et Loire. Mars 2019.

    Bernard Gonzales a notamment motivé sa décision en référence à l’article R 111-2 du Code de l’urbanisme stipulant que le projet peut être refusé « sil est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité dautres installations ».

    https://angers.maville.com/actu/actudet_-segre-en-anjou-bleu.-le-prefet-refuse-un-projet-de-methaniseur-a-marans_fil-3666519_actu.Htm

    Continuer la lecture →
  • Refus méthanisation en Anjou 04/09/2019

    Des réserves dans le Maine et Loire à l’annonce de l’arrivée d’une usine de méthanisation à Bel-Air de Combrée (La Croix, 04 2019). Nom prédestiné?

    • Dans le Maine-et-Loire, des riverains se mobilisent contre un méthaniseur, tandis que des scientifiques appellent plus largement à une méthanisation raisonnée par Florence Pagneux,

    « Nous dénonçons ses nuisances sonores et olfactives depuis 2014, lance Nelly Goetghebeur, présidente de l’association des riverains de la forêt d’Ombrée, dont la maison est située à environ 300 mètres. Même si cela va mieux depuis janvier(après un incendie), nous ne sommes pas à l’abri de nouveaux problèmes. »

    De fait, la préfecture du Maine-et-Loire a plusieurs fois recommandé à l’exploitant de « lutter plus efficacement contre les nuisances olfactives » à l’issue d’inspection (en 2014, 2016 et 2018). En avril 2018, elle lui a aussi demandé de contrôler ses rejets atmosphériques et de clarifier l’origine de ses déchets.

    https://www.la-croix.com/France/Quand-methanisation-agricole-suscite-reserves-2019-04-18-1201016485

    Continuer la lecture →
  • Méthanisation agricole et chambres d’agriculture 04/09/2019

    La région Grand Est et la Chambre d’agriculture poussent les agriculteurs vers ce type de développement pour accroitre leurs revenus et créer du gaz vert. L’idée est, certes, vertueuse au départ mais tout dépend du lieu et des intrants.

    Choix aux Essarts lès Sézanne : biométhane pour réseaux de gaz naturel

    Qu’est-ce que la méthanisation ?

    La méthanisation est un procédé à la fois innovant mais bien connu pour la production de biogaz à partir de matière organique, sous l’action de différentes bactéries et en l’absence d’oxygène (digestion anaérobie).

    Il s’agit à la fois de traiter des déchets des industries agroalimentaires ou des collectivités (issues de céréales, tontes de pelouses, boues de stations d’épuration…) et de valoriser des produits ou sous-produits des exploitations agricoles (effluents d’élevage, résidus de cultures, cultures intermédiaires…) avec, in fine, un retour au sol pour la fertilisation des cultures ou prairies. A l’issue de ce procédé, on obtient :

    • du biogaz qui est composé en moyenne de 55% de méthane (CH4), de 40% de dioxyde de carbone (CO2) et de 5% d’autres gaz
    • du digestat qui contient la matière organique non dégradée (lignine…), les matières minérales (N, P, K…) et de l’eau

    Quels sont les intérêts de la méthanisation ?

    Les bénéfices de ce procédé font largement consensus :

    • production d’énergie renouvelable valorisable sous forme de biométhane (injection), électricité et chaleur (cogénération) et/ou biocarburant (bioGNV)
    • valorisation des effluents agricoles contribuant à la réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES) des élevages
    • évolution des pratiques et assolements permettant d’augmenter l’autonomie en azote (digestat) et la couverture des sols (cultures intermédiaires – CIVE)
    • projets territorialisés combinant traitement des déchets, boucle énergétique locale, création de valeur d’ajoutée et d’emplois

    Que font les Chambres d’agriculture ?

    Les Chambres d’agriculture soutiennent le développement de la méthanisation agricole et territoriale, sous forme de projets individuels ou collectifs portés par les agriculteurs. Ces projets peuvent être développés vers la cogénération, l’injection du biogaz dans les réseaux de gaz naturel ou encore pour la production de biométhane carburant.

    L’essentiel est de privilégier des projets « sur mesure » et rentables, montés et pilotés par des agriculteurs motivés, ancrés dans les territoires avec des partenariats stratégiques.

    Les Chambres d’agriculture ont renforcé leurs moyens dédiés au développement de la méthanisation agricole, avec notamment un réseau national de 50 experts. Aujourd’hui, dans la majorité des régions, les Chambres d’agriculture accompagnent des projets sur différentes étapes, de l’émergence jusqu’au suivi des unités existantes et à la capitalisation de références.

    Au travers de leurs compétences, de leur connaissance du terrain et de leurs partenariats (ADEME, collectivités, associations et professionnels), les Chambres d’agriculture sont des acteurs clef du développement de la méthanisation agricole en France. 

    https://chambres-agriculture.fr/exploitation-agricole/developper-des-projets/economie-et-production-denergies/la-methanisation-agricole/

    Continuer la lecture →
  • Canicule et éoliennes 01/08/2019

    Le 24 juillet 2019, en période de canicule, l’éolien est presqu’à l’arrêt et la France doit importer de l’électricité !

    Continuer la lecture →
  • Parole de JL Butré : Éolien et anticyclone 01/08/2019

    Jean-Louis Butré : Généralement, lorsqu’il y a des anticyclones, c’est ou bien l’été ou bien l’hiver, auquel cas c’est encore beaucoup plus grave car il n’y a pas de vent. Cela veut dire que vous pouvez mettre autant d’éoliennes que vous voulez, 8 000 ou 9 000 comme aujourd’hui, il pourrait y en avoir 50 000 : il n’y aurait pas plus d’électricité. C’est une électricité intermittente. Quand les promoteurs annoncent qu’on a réussi à atteindre 10 ou 15% de production de l’électricité nationale, c’est très ponctuel mais le problème d’électricité n’est pas là.

    D’abord, pour que le chiffre ait du sens, il faut cumuler sur toute une année et le parc français, compte-tenu des régimes de vent, a en moyenne un rendement de l’ordre de 23% dans l’année. Cela veut dire qu’on investit dans une technologie et 75% du temps environ elle se repose. Voilà en définitive le vrai problème de l’éolien : on compare des moyens de production absolument pilotables par des moyens qui sont absolument aléatoires. C’est terrible parce que tous les chiffres qui sont annoncés sont faux voire frauduleux et à chaque fois que l’on se félicite en disant qu’on a implanté mille gigawatt éolien, cela n’a rien à voir avec les autres moyens de production, puisqu’il faut multiplier tout de suite par 23% sur terre et 40% en mer, et encore on est plus proche de 35%. Il y a donc un mensonge du simple à multiplier par quatre.

    Concrètement, lorsqu’on observe la période récente, peut-on avoir une idée du rendement que l’on a eu durant cette période ?

    Il suffit de regarder les chiffres officiels fournis par le Réseau de Transport d’Electricité. RTE donne instantanément la production de chacune des filières à chaque quart d’heure. Bien-sûr, il y a des périodes de hausse et ensuite des périodes où la production s’écroule. RTE permet de faire le cumul sur un mois, deux mois ou toute l’année, et à ce moment-là on a le rendement sur la quantité d’électricités totale produite par rapport à la puissance installée. Annuellement, c’est 23% : il se trouve que depuis deux mois, la situation est assez catastrophique : on est redescendu à 4%. Quand ils regardent les chiffres, les gens ne se rendent même pas compte. Je m’étais amusé à faire un calcul par rapport au parc des climatiseurs français : dès lors qu’il fait chaud, les gens font marcher leur climatiseur et, de mémoire, cela représentait le quart des climatiseurs que l’on était capable de faire tourner avec ces grands ventilateurs.

    Parallèlement à cela, ont lieu des investissements gigantesques, des grandes déclarations tonitruantes. Une déclaration vient d’être faite hier : l’appel d’offre du nouveau parc éolien en mer en Normandie représente mille mégawatt. Et immédiatement, sa production est comparée aux réacteurs nucléaires mais c’est une erreur : il faut tout de suite multiplier par le rendement, c’est-à-dire que cela représente toujours le tiers des chiffres affichés. Ce mensonge est tellement énorme depuis des années que l’on s’aperçoit que les décideurs n’ont pas encore vraiment tous intégré ce genre de problèmes. Ils votent des lois et ils se font gruger de pratiquement trois quarts.

    Il y a encore plus grave. Les spécialistes craignent qu’à un moment où l’on aura vraiment besoin d’électricité, alors que les réseaux sont en flux tendus, au cours d’un hiver très froid, il n’y ait pas assez de réserves hydrauliques pour alimenter le système. L’hydraulique est une énergie renouvelable mais absolument réglable : ce n’est pas le cas de l’éolien. Un jour nous entrerons dans une période basse du point de vue hydraulique et à ce moment-là, le réseau va disjoncter et on aura le droit à une vraie catastrophe nationale.

    A trop s’appuyer sur l’éolien, on est en train de se diriger vers une situation critique. Toute la politique de la transition énergétique est actuellement minée car elle a fait ce pari sur les énergies intermittentes, comme l’éolien. Malheureusement, les personnes qui auraient pu donner un avis plus objectif ont été éliminées des circuits. Ce sont donc des industriels qui sont entrés dans les circuits de la ADEME et des ministères de l’environnement. Tout ça est arrivé dans un programme qui est gravé dans le marbre, qu’on ne peut plus faire bouger : des députés et certaines commissions mettent en évidence certaines réalités hallucinantes et c’est l’omerta. Le gouvernement persiste dans son intention, la tête baissée, de multiplier l’éolien alors qu’on va dans le mur.

    Continuer la lecture →
  • Accident d’éolienne à Charly sur Marne (02) 11 07 2019 31/07/2019

    Incident sur deux des 11 éoliennes : ZONE INTERDITE et TGV menacé ?

    Charly-sur-Marne est située au sud du département de l’Aisne, à 16 km au sud-ouest de Château-Thierry, la ville est encadrée de 320 ha de vigne qui servent à produire du champagne.


    Dix mètres de pales sont tombés… la zone est bouclée par des gardes privés 
    Vive la Nouvelle France rurale , vive le tourisme autour des éoliennes comme le proclament certains promoteurs!
    Commentaire JL Butré

    posté par « STOP EOLIEN 02 »

    https://www.stop-eolien02.fr/2019/07/lhebdomadaire-laxonais-sinteresse.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+StopEolien02+%28STOP+EOLIEN+02%29

    Continuer la lecture →