« Éoliennes, le suicide d’EDF »(Entretien JL Butré, Valeurs Actuelles)

Entretien JL Butré à Valeurs Actuelles (13/12/2017) :

Jean-Louis Butré, Président de la Fédération Environnement Durable (FED), qui regroupe plus de mille associations confrontées à l’éolien, revient sur la réalité concrète de cette source d’énergie. Et promet un avenir compliqué à EDF, qui s’engage chaque jour plus avant dans cette impasse technologique et financière.

Valeurs actuelles. Comment définiriez-vous la situation actuelle, en France, sur le front de l’éolien ?

« Aujourd’hui en France 7000 éoliennes terrestres sont en fonctionnement. Selon les dernières informations données par le Ministre de l’Environnement Nicolas Hulot, 20000 sont à venir à l’horizon 2023. Ces machines, qui peuvent atteindre désormais 230 mètres de haut et être implantées à 500 m d’une habitation, sont composées d’un socle de béton armé de 1500 tonnes, d’un mât en acier ou en béton de plus de 100 mètres et d’une nacelle contenant le générateur d’électricité entraîné par une hélice tripale. Chaque pale peut atteindre 60 mètres. La nacelle pèse plus de 70 tonnes. Le coût complet de sa construction est de l’ordre de 3 millions d’euros. Voilà pour l’objet en lui-même.

La FED estime que plus de 30% des parcs éoliens en fonctionnement ont été construits ou vont l’être sur terrains appartenant à des élus locaux. S’il est prouvé que ces élus ont pris part au processus décisionnel, ces pratiques correspondent à des prises illégales d’intérêts qui ont été dénoncées dès 2015 par les rapports du Service Central de Prévention de la Corruption.

L’éolien offshore est-il plus intéressant ?

En France, Il ne s’agit pas d’éoliennes offshores mais d’éoliennes terrestres  dites “les pieds dans l’eau” qui n’ont rien à voir avec celles implantées en pleine Mer du nord, balayées par des vents forts et constants où la productivité des éoliennes peut atteindre 43%. Six chantiers éoliens français, (1200 machines), sont programmés au raz  des côtes de la Manche et sur la façade atlantique : Le Tréport/Dieppe, Fécamp, Arromanches/Courseulles, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire/La Baule, les îles d’Yeu et Noirmoutier. EDF sera obligée par L’État d’acheter cette  électricité offshore à plus de 22 centimes d’euro le kWh  alors que sur le prix de l’électricité se négocie en dessous de 3 centimes d’euro le kWh. C’est soit 7 fois moins !

Vous dénoncez une stratégie de communication “médiatiquement suicidaire”d’EDF ?

Ces événements posent la question du bien-fondé de la stratégie du groupe EDF et de la responsabilité des Énergies Renouvelables (EnR) dans son déclin. Les Énergies renouvelables solaire et éolien (hors hydraulique) ne représentent que 2% de la production d’électricité du groupe : c’est une infime partie ! La fameuse filiale EDF  Énergie Nouvelles  n’emploie que 3000 collaborateurs dans le monde  et seulement 1400 en France, soit 1,1 %  de l’effectif national. En revanche, la stratégie agressive de communication de cette filiale, appuyée par l’Ademe et le Ministère de l’environnement, conduit à faire croire aux décideurs politiques et aux citoyens que l’avenir d’EDF et de ses salariés est  basé sur les énergies renouvelables. Celles-ci, parées de toutes les vertus écologiques, ont pratiquement occulté les autres. L’annonce récente du président d’EDF d’investir 25 milliards d’euros dans le solaire fait partie de ce plan de communication destiné à masquer les difficultés financières gigantesques de cette entreprise…

Pour sauver EDF  de l’asphyxie financière, le découpage  entre activités nucléaires et activités non nucléaires est une des pistes  possibles. Selon certaines sources, des groupes financiers internationaux ont flairé l’hallali et travailleraient sur ces hypothèses de démantèlement et de rachat total ou partiel.

Il s’agirait en réalité d’une sorte de mécano de dépeçage progressif  d’EDF comme l’ont connu de nombreuses filières industrielles de notre pays avec perte de contrôle de l’Etat français au profit de multinationales concurrentes.

« 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *