L’Éolien au Sommet de Paris du 12 12 2017 et autres points…

On parle beaucoup des Énergies Renouvelables ces derniers jours :

1) Lors du Sommet de Paris, avis du Président Macron…

2) mais aussi en Europe où certains pays refusent les connexions électriques géantes entre États. Quelles conséquences ?

3) mais aussi dans la Finance où on parle de vouloir financer les Énergies Vertes, mais est-ce vraiment possible ?

1)L’Éolien au Sommet de Paris du 12 12 2017 :

 Lors du « One Planet Summit » convoqué par le président Macron, hier, où 130 pays étaient représentés, il a été question de l’avenir de la Planète et tout spécialement du rôle des Énergies Renouvelables. Le Président Macron s’accroche au nucléaire tant qu’il n’y a pas en place d’autres solutions existantes. Mais il est prêt dans le même temps à simplifier les démarches administratives et limiter les recours abusifs contre l’éolien. Il s’intéresse aussi au développement du solaire, en parallèle à l’éolien.
 – Dans un entretien au Monde, le président de la République fait de la fin des énergies fossiles la priorité numéro 1… Pour autant, selon les chiffres de l’Ademe, l’agence française de l’énergie, le nucléaire serait, au global, aussi peu polluant que les Énergies Renouvelables…
Face au risque sécuritaire du nucléaire, il existe la solution renouvelable mais Emmanuel Macron ne la trouve pas bonne en l’état : « Une forte baisse de capacité nucléaire ne peut pas être immédiatement remplacée par du renouvelable, car les sources d’énergie renouvelable comme le solaire ou l’éolien sont intermittentes. Tels que sont faits les réseaux, nous ne pouvons pas remplacer plusieurs gigawatts de nucléaire par autant de gigawatts d’éolien ou de solaire », estime le chef de l’Etat.
Pour autant, il veut « aller beaucoup plus vite » sur le renouvelable. Et cela passe, selon lui, par un changement de la loi française. « Nous devons simplifier les procédures d’autorisation et accélérer massivement le traitement des recours. Car ce sont les projets environnementaux qui font l’objet du plus grand nombre de recours! », déplore-t-il.
Emmanuel Macron promet aussi de tout faire pour « accélérer les investissements dans le renouvelable ». « Ce que nous voulons faire, c’est changer l’orientation des financements du secteur privé, qu’il s’agisse de l’assurance, des banques, des fonds souverains.

http://m.huffingtonpost.fr/2017/12/12/face-a-lurgence-climatique-macron-saccroche-au-nucleaire_a_23304726/

2) Les États membres se braquent contre l’objectif d’interconnexion des réseaux électriques

Des pays d’Europe se braquent contre les interconnexions de réseaux électriques imposées par la Commission Européenne : que se passera-t-il si on ne peut plus compenser l’intermittence des énergies solaires ou éoliennes à l’échelle de l’Europe. C’est pourtant un argument important du secteur éolien actuellement de pouvoir compenser ainsi la sur-production et sous-production électrique produite par les EnR.
L’objectif phare de relier 15 % des réseaux électriques d’ici à 2030 pourrait être mis au placard, un certain nombre d’États s’opposant à une approche coercitive en matière d’énergie. « Pour ce qui est de la directive, les problèmes non résolus sont la règlementation des prix et les interconnexions », a déclaré un responsable estonien, pays qui détient actuellement la présidence tournante de l’UE.

http://www.euractiv.fr/section/energie/news/eu-countries-mull-scrapping-plan-to-link-up-power-grids/

3) Climat : la Finance peut-elle être écolo ?

Les financiers sont tout à fait prêts à vendre des parts dans l’éolien car le côté « écologique » est très porteur auprès de leurs clients mais ces derniers ont aussi envie que ce soit rentable et est-ce bien le cas à l’heure actuelle ?

En 2017, en France, 17 milliards d’euros d’obligations vertes ont été achetés. Pour le banquier Tanguy Claquin, responsable finance environnementale au Crédit Agricole, « ces obligations sont populaires parce qu’elles ont une belle image et ne coûtent pas plus cher ».  Alors la finance verte, comment ça marche ? Par exemple, une entreprise a besoin d’un investisseur particulier ou professionnel pour financer un projet d’énergie renouvelable. En échange de l’argent investi, celui-ci reçoit des obligations vertes, qui lui rapportent des intérêts. L’entreprise promet d’utiliser cet argent pour financer par exemple un champ d’éoliennes. Problème : ce secteur n’est ni régulé ni contrôlé.

https://mobile.francetvinfo.fr/meteo/climat/climat-la-finance-peut-elle-etre-ecolo_2510425.html#xtref=acc_dir

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *